Coupe du monde de ski de fond

Mallette à la rescousse!

«Je n’aurais jamais pensé voir cela un jour à Québec», avouait Pierre Harvey, à propos de la présentation d’une Coupe du monde de ski de fond dans la capitale. En plus d’assister à cette première devant le parlement les 7 et 8 décembre 2012, l’ancien fondeur, qui est aussi le père du prince de la discipline au pays, portait la couronne de président d’honneur de l’événement connu sous le nom de Sprint Québec. Les gens de Mallette, se sont fait confier le mandat de « bénévoles de qualité » afin d’assurer aux organisateurs que l’événement en soit une réussite complète, pour sa toute première édition.

 
« Depuis quelques années, je me lève à 5 h du matin pour voir les courses d’Alex, là, on aura droit à un tout un spectacle sous nos yeux. Je suis content que les gens de Québec puissent voir cela. Skier devant les siens, c’est un honneur qui n’arrive pas souvent à ce niveau, ce sera la première fois de ma vie que je verrai ça, ici », notait le premier fondeur canadien à remporter une médaille en Coupe du monde.

 
Malgré son passé sur les sentiers, Harvey ne prenait pas tout le crédit de l’arrivée de la caravane dans sa cour. « Je ne suis pas le seul à avoir contribué à cela, je pense à Luc Jolicoeur et les gens de Gestev, qui ont été des bougies d’allumage dans ce dossier. La tenue d’une Coupe du monde coûte cher, ça prend aussi de bons partenaires et des bénévoles de qualité.» C’est le défi qu’ont relevé avec brio les gens de Mallette.

Print Friendly